Des bassins pour ne pas déchanter sous la pluie

Plus d’une vingtaine de bassins de rétention des eaux pluviales ont été aménagés par le SIARE depuis sa création.
Quel est leur rôle ? Comment fonctionnent-ils ? Quels sont les impacts de nos pratiques ?

Ce dossier donne un certain nombre de clefs pour mieux comprendre comment ces bassins participent à la lutte contre les inondations et assurent ainsi la protection des zones habitées.

Il pleut. Les eaux de pluie ruissellent sur les toitures, les terrasses, les parkings imperméabilisés et les voies de circulation. Elles convergent vers les réseaux d’eaux pluviales conçus pour évacuer ces eaux loin des habitations, dans le milieu naturel. En cas de fortes pluies, ces
réseaux peuvent s’avérer insuffisants pour permettre à l’eau de s’évacuer rapidement. C’est alors qu’interviennent les bassins de rétention des eaux pluviales : alimentés par le déversement des eaux provenant du réseau pluvial, ils reçoivent le surplus
d’eaux de pluie et stockent l’eau temporairement. Ils protègent ainsi les secteurs à fort risque d’inondation.

Les bassins du SIARE se conjuguent au pluriel

Dans cette optique, le SIARE a construit 22 bassins de retenue, capables d’assurer le stockage de 454 000 m³ d’eau par temps de pluie. Ces bassins sont de plusieurs types :

  • Trois bassins de rétention sont en permanence en eau (50 890 m³ de stockage). 
    Deux sont aménagés en parcs paysagés ouverts au public : le bassin des Moulinets à Eaubonne et lebassin des 8 Arpents à Andilly.
    Le troisième régule les apports vers le lac d’Enghien : c’est le bassin des Cressonnières à Saint-Gratien.
  • Dix-huit bassins de rétention sont secs et enherbés (398 555 m³ de stockage) : suite à un évènement pluvieux, ils restituent les eaux qu’ils ont stockées, d’abord au réseau d’eau pluviale puis au milieu naturel (la Seine ou l’Oise sur notre territoire).
  • Un bassin est enterré (ouvrage de stockage souterrain de 4 700 m³) : le bassin des Carreaux à Sannois reçoit des eaux usées et pluviales mélangées en raison du réseau unitaire.
  • Le lac Nord (rue Victor Hugo à Saint-Gratien) puis le lac d’Enghien-les-Bains (Avenue de la Ceinture à Enghien-les-Bains) jouent également le rôle de bassins de stockage.

Comment les bassins fonctionnent-ils ?

Les bassins stockent le surplus d’eaux de pluie et de ruissellement qui ne peut pas être accepté par le réseau lorsqu’il pleut beaucoup. Après la pluie, ces eaux sont rejetées lentement dans le réseau pluvial en aval du bassin.
À cet effet, les bassins sont constitués de trois parties :

  • un tuyau d’alimentation,
  • une zone de stockage
  • et une vanne de régulation garantissant une évacuation des eaux à une vitesse compatible avec la capacité du réseau de sortie (tuyaux et ouvrages par lesquels l’eau rejoindra le milieu naturel).

Mais l’eau n’est pas le seul élément à transiter comme en témoigne la présence de sables et de déchets. Les bassins sont équipés de «chambres» (ou fosses) servant à piéger les sables. Des «dégrilleurs» munis de grilles sont destinés à piéger les déchets flottants (papiers, canettes, feuilles…). Ces déchets arrivent dans les bassins via les caniveaux des routes où nous jetons à tort des canettes et autres déchets. Des nettoyages de ces ouvrages sont effectués régulièrement. Pour permettre l’entretien des bassins, des voies d’accès pour les camions sont parfois nécessaires.

Attention aux branchements !

La qualité de l’eau pluviale acheminée vers les bassins dépend des branchements réalisés à partir des habitations. Si les branchements ne sont pas faits correctement, les eaux usées provenant notamment des toilettes peuvent être rejetées dans le réseau d’eaux pluviales.
Or les eaux pluviales aboutissent, sans traitement, dans les bassins. Dans ces conditions, le mélange d’eaux usées et d’eaux pluviales génère des odeurs et des désagréments visuels pour les riverains. Plus grave encore, il pollue le milieu naturel (rivières, plans d’eau...).

Agissons ensemble...

Anticiper pour se protéger
Le risque zéro, en termes d’inondation, n’existe pas. Vous pouvez, vous aussi, vous protéger en installant un clapet anti-retour sur votre canalisation à l’intérieur de votre propriété. N’oubliez pas de vérifier le bon fonctionnement et de respecter le règlement d’assainissement !
Par précaution, rappelons qu’il ne faut pas stocker des objets de valeur ou du papier dans les sous-sols inondables. 

Récupérer l’eau de pluie pour diminuer sa consommation d’eau
Vous pouvez également participer à la gestion des eaux pluviales. La réglementation (arrêté du 21 août 2008) prévoit que l’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour des usages domestiques extérieurs au bâtiment (l’arrosage par exemple). Attention, l’eau de pluie n’est pas potable. Cette approche fait baisser la consommation d’eau de votre foyer.

Diminuer les coûts pour la collectivité
Les parkings imperméabilisés représentent une quantité d’eau de ruissellement très élevée. Privilégier les revêtements perméables extérieurs (dalles alvéolées, noues....) pourrait permettre la réduction de la taille des ouvrages liés au transport et au stockage des eaux de pluie, et donc le coût pour la collectivité. 

SIARE

Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Région d'Enghien-les-Bains
1 rue de l'Égalité
95230 Soisy-sous-Montmorency
Tél. 01 30 10 60 70
» Accès, horaires et contact

randomness