Un crapaudrome pour sauver des amphibiens

Crapaudrome

Le SIARE en lien avec la mairie de Saint-Prix et l’association Initiatives et Actions pour la Sauvegarde de l’Environnement et de la Forêt (IASEF) met en place un crapaudrome route des Parquets à Saint-Prix.

Fin février début mars les amphibiens se réveillent avec la hausse des températures (8-10°C). Cela marque le début de la migration vers le lieu de reproduction (la mare de naissance) qui peut se situer 4 à 5 kilomètres des lieux d’hivernage. La migration se fait essentiellement à la tombée de la nuit par temps doux et humide, à raison d’une centaine de mètres par nuit.

Chaque année, route des Parquets à Saint-Prix, de nombreux amphibiens (grenouilles, crapauds, tritons et salamandres)se font écraser lors de leur transhumance. Afin de réduire le taux de mortalité, un crapaudrome va être installé. Mis en place à partir de mi-février, de part et d’autre de la route et sur 300 mètres linéaires, cet aménagement temporaire permet d’accompagner la migration des amphibiens. Il est retiré courant avril, une fois que les batraciens auront effectué le chemin retour, la reproduction et la ponte terminées.

Un crapaudrome, comment ça marche ?

Il s’agit de bâches placées le long de la route, ponctuées à intervalles réguliers de seaux (placés à fleur de sol) qui récupèrent les amphibiens. Ces seaux sont troués afin que l’eau ne cause pas la noyade des animaux capturés.
Chaque matin une équipe de bénévoles vient effectuer des relevés, inventorier et récupérer les amphibiens tombés dans les seaux puis les emmène dans la mare de destination en toute sécurité.

Pourquoi protéger les amphibiens ?

Ils font partie de la biodiversité et constituent un maillon clé de la chaîne alimentaire, régulant les populations de certains insectes vecteurs de maladies et constituant des proies pour beaucoup d’espèces (oiseaux, serpents, …). Ce sont des bio-indicateurs de la bonne fonctionnalité d’un écosystème, notamment de la qualité des eaux.
Plusieurs espèces secrètent des molécules aux propriétés étonnantes, utiles pour lutter contre certaines maladies.
Mi-aquatiques, mi-terrestres, les amphibiens sont les premiers vertébrés ayant colonisé le milieu terrestre il y a près de 380 millions d’années. Depuis le début du XXe siècle, plus de 67 % des milieux humides de France ont disparu, par conséquent autant de lieux de reproduction et d’habitation. Il est donc primordial d’agir pour leur conservation.

Route des Parquets, en 2018, du 7 mars au 7 avril, ce sont près de 500 batraciens qui ont été recueillis lors des rondes matinales et déposés dans les mares d'accueil. Seuls 5 individus avaient été retrouvés écrasés sur cette période. En 2019, nous espérons pouvoir obtenir d’aussi bons résultats ! 

En images : 
Bâche crapaudrome
crapaudrome - traversée
crapaudrome - relâche
Emplacement : 
Crapaudrome
Route des parquets
Saint-Prix
Repères : 

En France, tous les amphibiens sont protégés. L’arrêté ministériel du 19 novembre 2007 et l'article L 411-1 du code de l’environnement, interdisent également la perturbation ou la destruction des amphibiens et de leurs habitats.

SIARE

Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Région d'Enghien-les-Bains
1 rue de l'Égalité
95230 Soisy-sous-Montmorency
Tél. 01 30 10 60 70
» Accès, horaires et contact

randomness